Un bois traité pour l’eau douce

Un bois traité pour l’eau douce

Le bois traité Goofellow Terra est le seul de sa catégorie en Amérique du Nord à être certifié comme pouvant être en contact avec l’eau douce. Une nette amélioration par rapport au bois traité à l’azote de cuivre ou à l’ammonium de cuivre quaternaire, dont 25% du cuivre se lessive dans la nature et nuit aux organismes aquatiques, entre autres défauts environnementaux.

Commercialisé en 2006 aux États-Unis et tout récemment au Canda, par Goodfellow, le pin jaune Terra affiche une belle couleur terre. L’entreprise québécoise le traite sous pression au carbonate de couvre broyé ( équivalent au vert-de-gris naturel ) grâce à un procédé nanotechnologique baptisé MicroPro.

Selon la compagnie Osmose, qui a élaboré le procédé, la forme micronisée et solide de ce fongicide et insecticide insoluble, qui est mélangé plutôt que dissout dans l’eau, permet une meilleure adhésion au bois, réduisant son lessivage de 90 à 99%. «  Il ne se lessive pas, car il est injecté à l’état liquide, mais solide. Quand l’eau s’évapore, il se fixe aux parois des cellules et les durcit », explique Daniel Roch, directeur de la mise en marché chez Goodfellow. Parmi ses autres avantages : aucun solvant chimique n’est utilisé, le traitement est moins corrosif que les autres à base de cuivre et la formule concentrée de pesticide permet de réduire de 82% les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants associées à son transport, dont les coûts réduits permettent aussi de vendre ce bois traité à prix avantageux.

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Été2013

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *