Vers un boom de la rénovation domiciliaire ?

Croyez vous que les promesses électorales seront respectées cette fois ci,  celle de notre ami Jean Charest qui a promis jusqu’à 2500.00$ par ménage sur un programme envisagé d’investissement total de 2 milliards de dollars, voyez ici un peu plus de détails concernant cette belle initiative, si, bien sûr,  elle se concrétise.

M. Harper a lui aussi évoqué la possibilité d’augmenter les sommes déjà disponibles  pour la rénovation rendant les habitations moins énergivores par l’entremise de ses divers programmes existants… Ce que notre cher premier ministre fraîchement réélu devrait imiter car ceci aurait le mérite de ne pas augmenter  les charges administratives liées à un nouveau programme et de privilégier la réduction de la consommation d’énergie des résidences plus anciennes, ce qui en soi représente un choix sensé car l’argent investi se traduit directement en négawatts  tout en allégeant la part du budget familial vouée à l’énergie, cette option reste à mon avis la plus rentable pour la collectivité.

L’agence de l’efficacité énergétique du Québec est en charge de la promotion et de la gestion des divers programmes disponibles au Québec, ce sont eux qui ont reçu le mandat de présenter un plan d’ensemble à la régie de l’énergie du Québec concernant l’atteinte des cibles de performances énergétiques à l’intérieur d’un  plan triennal.

Comme vous pouvez le constater nos gouvernement consentent d’importants effort reliés à l’amélioration de la performance énergétique dans plusieurs domaines, ces efforts permettront d’atteindre certains objectifs reliés aux réductions des GES mais surtout réduire le choc financier lors de la prochaine crise énergétique dont nous n’avons eu qu’un léger aperçu.

En tant que champions mondial du gaspillage de l’eau potable et de l’électricité, le peuple québécois de par son insouciance,  hypothèque lourdement le futur de ses enfants, nous maintenons les tarifs d’électricité et d’eau potable à des taux tellement bas qu’ils encouragent  les excès de consommation, ceci représente un frein au développement économique du Québec lié à l’exploitation intelligente de nos ressources, notre pétrole vert, qui, à lui seul, assurerait le financement de certains de nos services tel que la santé et l’éducation.

Pour faire une histoire courte, comment un peuple, supposément fier et lucide,  qui prétend pouvoir aspirer  à l’indépendance, perd son temps dans des discussions stériles, cultive le gaspillage de ses ressources, entretien l’immobilisme,  complique la simplicité tout en blâmant l’état providence, pourrais un jour réussir à sortir des sentiers battus et devenir un exemple d’innovation et de prospérité durable…

Je m’interroge sur ce point  tout en vivant d’espoir sans verser dans la désillusion.

Sur ce , je vous souhaite une heureuse année 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *