Accueil
construire
... votre monde!
 

Archive de la catégorie 'Économie'

22 novembre, 2013
Par Denis Chamberland

Après avoir vu sa maison (construction 2007) détruite par les flammes en juillet 2012, Alain Hamel, constructeur émérite de maisons performantes dans la région du Saguenay, a mis a profit tout son savoir de constructeur afin d’ériger une exceptionnelle maison solaire passive, Net zéro et LEED Platine avec le plus haut score jamais obtenu au Canada.

Pour sa maison, Alain a choisi de mobiliser tout son savoir en faisant appel aux innovations les plus pointues en matière d’énergie. Avec la collaboration d’Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation, Denis Boyer, l’ingénieur en énergie et développement durable de l’organisme, et Lucie Langlois, d’Alias Architecture, Alain et sa conjointe France ont mis de l’avant un projet de construction pour l’obtention d’une maison à la fois super-isolée, super-étanche, conçue et orientée pour être chauffée presqu’uniquement par le soleil.

L’équipe s’est même donnée comme défi de la faire certifier Passivhaus (maison passive), soit ce très prestigieux label allemand. Comme le climat du Saguenay est passablement plus frais que celui de l’Allemagne, ce défi était véritablement colossal. Faut savoir qu’au Canada, aucune maison de type « solair passif » n’a été construite dans un climat aussi froid. Pour obtenir cette certification allemande, il faut atteindre la consommation d’énergie maximale de 15 kWh annuels par mètre carré, pour le chauffage et la climatisation, quand une maison conventionnelle en consomme 100 !

Une telle approche est grandement exigeante en raison du climat, des matériaux disponibles, des portes et fenêtres aux exigences plus élevées pour lesquelles d’ailleurs Alain a dû procéder à du démontage afin d’augmenter l’étanchéité de celles-ci avec du polyuréthane. Les simulations énergétiques représentent un vaste travail. Orientation, masse thermique, compacité, épaisseur des murs, nature des isolants, étanchéité, performance des fenêtres, tout doit être paramétré au plus près afin de maximiser le rendement énergétique. Le fameux 15 kWh annuels représente un défi de taille.

Fin de l’été 2013, la maison est presque achevée et le résultat est au-delà des espérances. D’après les tout derniers calculs, elle ne consommera que 13,3 kWh annuels par mètre carré en chauffage et climatisation. La certification Passivhaus semble donc envisageable!

La certification LEED Platine a été obtenue, et avec un nombre de points record au Canada. La combinaison de ces deux exigences est tout simplement idéale aux yeux d’Alain Hamel : «  Passivhaus est essentiellement centré sur les économies d’énergie alors que LEED prend en compte de nombreux aspects environnementaux comme la non-nocivité des matériaux, l’aménagement extérieur, la gestion de l’eau, la réduction des déchets… Pour moi, chaque maison passive devrait également respecter les critères LEED ! »

C’est tout de même le qualificatif de « maison résiliente » qu’Alain Hamel avait continuellement en tête. Appliqué à son habitation, le concept revêt deux aspects aux yeux de celui-ci. D’abord la résistance aux changements climatiques, illustrée en général par la solidité de l’habitation, et, en particulier par le toit en acier blanc qui réfléchi les rayons du soleil. Cette approche permet d’éviter l’émission de chaleur dans l’atmosphère ainsi qu’une climatisation excessive de la maison soit l’exact opposé des toits en bardeau d’asphalte noir et absorbant qui recouvre la grande majorité des maisons au Québec.

Ensuite, l’autonomie en cas de catastrophe naturelle ou tout simplement de grosse coupure d’électricité. « La maison est reliée aux réseaux d’eau et d’électricité, mais il y a une redondance des équipement qui la rend potentiellement autonome. Ses panneaux photovoltaïques, son poêle à bois et sa thermopompe lui permettent en fait de produire sa propre énergie, dont le chauffage » nous dit Alain Hamel. Précisons qu’elle est autonome en eau grâce au recyclage de l’eau de pluie (douche, toilettes, irrigation du jardin) et au puits artésien (lavabo, évier, lave-vaisselle).

Planchers radiants, chaudière au gaz, panneaux solaires, thermopompe… cette abondance d’équipements peut poser question au plan écologique. Notamment du côté des panneaux solaires que l’on sait polluants à fabriquer alors que le Québec produit en quantité une électricité propre comparé à celle des centrales nucléaires  et à charbon de l’ouest, des États-Unis ou des cousins européens. « On peut en discuter, commente Alain, mais je préfère mon système à ceux des maisons autonomes habituelles qui nécessitent une génératrice au diesel. Quant à l’énergie solaire, il est bon qu’elle soit développée partout, même au Québec ! » Pour en savoir davantage…

Tiré du site internet La Maison du 21è siècle.

1 novembre, 2013
Par Denis Chamberland

La chute radicale du prix de l’électricité photovoltaïque (PV) laisse entrevoir un avenir radieux pour cette industrie. En effet, le prix moyen d’un petit système de moins de 10 kilowatts raccordé au réseau électrique (donc sans batteries) est passé de 8,50 $ le watt en 2007 à entre 3 $ et 5 $ le watt en 2012, selon Ressources naturelles Canada.

C’est ainsi que la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a fait installer par Énergie Matrix un système PV qui dessert des chalets hors réseau, situés à l’île d’Anticosti. Référence pour d’autres sites de la Sépaq, le système de12 kW lui permettra de réduire l’usage d’une bruyante et polluante génératrice qui consommait près de 30 000 $ de diesel par année.

Pour sa part, la compagnie Rématek-Énergie fournira un système de 425 modules PV qui seront installés sur la toiture de la future bibliothèque de Varennes. Ce système de 100 kW en fera le premier bâtiment institutionnel au pays à produire annuellement autant d’énergie qu’il en consommera.

Enfin, Volts Énergies a récemment doté un chalet de Montebello, non desservi par Hydro-Québec, d’un système PV de 7,5 kW jumelé à une petite génératrice qui fonctionne rarement. Ce système silencieux produit en moyenne 25 kilowatts/heure d’électricité par jour, de quoi assurer tous les besoins domestiques hors chauffage. Il a coûté 67 000 $ (excluant la génératrice) et comprend une banque d’accumulateurs haut de gamme. Celle-ci procure une réserve de 61 kW, assez pour jouir d’une autonomie énergétique complète durant jusqu’à deux journées ennuagées.

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Automne 2013

6 septembre, 2013
Par Denis Chamberland

« Les toits verts aident à réduire la chaleur en milieu urbain et la consommation d’énergie associée, qui sont particulièrement préoccupantes alors que les températures globales sont à la hausse.

Les toits verts permettent également de gérer les eaux de ruissellement ( réduire les polluants qui entrent dans nos cours d’eau ), d’accroître la biodiversité, d’améliorer la qualité de l’air et d’embellir notre ville. » ( Source : toronto.ca/greenroofs )

En absorbant les fortes pluies tout comme le font les sols perméables, la végétation économise 165 millions de dollars par année à Montréal en prévenant des inondations, selon la Fondation David Suzuki.

Durant les journées très chaudes, la mortalité est 20% plus élevée que la moyenne chez les gens vivant dans les îlots de chaleurs, selon la Direction de la santé publique de Montréal. La température ambiante peut être jusqu’à cinq degrés Celsius plus élevée dans les quartiers de peu de végétaux et à la fois peu ombragés.

Autres avantages des toits verts :

Durabilité accrue des matériaux comme les membranes de toiture ainsi protégées du soleil, de la glace, etc.
Amélioration de la qualité de l’air par l’absorption des poussières
Création de nouveaux habitats diversifiés pour les plantes et les animaux
Embellissement du paysage
Agriculture nouveau genre ( à l’abri des animaux et des polluants au sol )
Obstacle à la propagation des incendies aux immeubles voisins grâce à l’eau emmagasinée ( mais des plantes trop sèches la favorisent )
Atténuation du bruit
Adaptation aux hausses de température et aux pluies accrues prévues en raison des changements climatiques
Isolation entraînant des économies d’énergie de chauffage et de climatisation ( si l’intérieur du toit est non ventilé )
( Source : ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs )

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Été2013

26 mars, 2013
Par Jennifer Larocque

Vous avez enfin décidé de construire votre première maison, votre propre nid? Vous avez besoins d’aide afin d’effectuer le meilleur choix respectant votre budget et vos goûts, dans la sélection de votre première maison? Dessins Drummond offre aux acheteurs de première maison, une panoplie de modèles et d’options pour tous les besoins et les porte-feuilles. Avec plusieurs dizaines de maisons et de chalets à partir de 125 000$ (excluant taxes & terrain), et des options permettant la location (multi-logements et sous-sol aménagé) il y a assurément un modèle de plan de maison qui correspondra à votre style, à vos besoins et à votre budget tout en offrant un excellent rapport qualité prix!

Tout d’abord, si nous commencions par une touche de contemporain ?

Voici le plan 3129… Conçu à partir du fort populaire et à bon prix modèle 3113, ce plain-pied se veut tout aussi attrayant sinon plus avec son extérieur auquel les nouveaux matériaux tendances comme le bloc architectural et le bois confèrent un tout autre cachet. Sans oublier ces fenêtres, corniches et portes assurent davantage de caractère à la maison et une distinction remarquée dans tout le quartier.

À l’intérieur, on maximise l’espace en intégrant le coin repas à la cuisine et en aménageant l’escalier de façon stratégique sans toutefois trop fermer le secteur activités que l’on tient à garder ouvert. Ici, la prouesse est remarquable avec la suggestion de deux chambres permettant de loger un lit double à la chambre 2 et un grand lit à la chambre des maîtres. Sans oublier, une fois de plus, des garde-robes de bon format et un coin laveuse/sécheuse prévu au rez-de-chaussée. Tout ça, pour un plain-pied à la fois économique, lumineux et contemporain.

Découvrez toutes nos maisons contemporaines ici>>

Poursuivons avec un beau modèle champêtre très populaire chez les premiers acheteurs

Tout en suggérant un extérieur plutôt attrayant, ce modèle de plain-pied se veut d’abord des plus accessible avec un coût de construction à petit budget oscillant de 100 000$ ( approche auto-constructeur, taxes et terrain en sus ) à 120 000$ ( approche entrepreneur général, taxes et terrain en sus ) et, par la suite, doté d’un intérieur pour lequel l’espace est véritablement maximisé. Entrons donc sans plus tarder afin de constater !

Ainsi, d’entrée, on apprécie la présence d’une garde-robe attenante à un escalier ouvert conférant une belle sensation d’espace dégagé au secteur activités entièrement ouvert et agrémenté d’un foyer à trois faces vitrées. L’espace ouvert se compose aussi d’un coin buanderie en corridor auquel s’adosse une garde-robe walk-in plus qu’appréciable pour la chambre des maîtres d’un modèle de ce format. À noter ici qu’il est envisageable de rapetisser un peu cette garde-robe afin d’agrandir la chambre secondaire de quelques pieds. Pour complèter brièvement ce plan, un espace salle de bain maximisé avec une douche en coin indépendante du bain. Si vous aimez bien ce modèle voici un plan similaire dont vous préférerez peut-être!

Visionnez des centaines de belles maisons champêtres ici>>

Voici une belle alternative comme première maison : une maison jumelée. La construction d’une maison jumelée peut s’avérer un bel investissement car l’une des moitiés peut être louée ce qui assurera un revenu aux propriétaires (et aidera à couvrir une partie de l’hypothèque).  Dessins Drummond vous propose une belle sélection de modèles de plans de maisons Jumelées et Semi-détachées, dans différents styles comme comme par exemple:  ce beau jumelé Champêtre, ce jumelé Contemporain et jumelé de style Américain, ou de style crafstman,une jumelée de grand format et une maison jumelée économique pour plus petit budget.

 

Une jumelée pour tous les goûts!

Vous êtes à la recherche d’un plan de jumelé offrant à la fois luminosité et coût attrayant? Jetez un œil au modèle 3062 afin d’en découvrir ses différents attraits et subtilités.

D’abord, au rez-de-chaussée, on apprécie une lumière naturelle abondante avec la présence de fenêtres à l’avant, à l’arrière et sur le côté. En simultané, on est agréablement surpris par ce vaste espace activités regroupant une salle de séjour de beau format, une salle à manger véritablement confortable ainsi qu’une cuisine proposant un îlot central. Sans oublier, si désiré, la présence sur ce plancher du coin buanderie jumelé au coin toilette. Avec le sous-sol passablement sorti de terre, on peut opter pour un aménagement de deux ou trois chambres avec coin buanderie intégré à la salle de bain ou non.

Pour ce jumelé, le concepteur a pris soin d’aménager les portes et fenêtres de façon tout à fait identique, qu’il s’agisse de l’option 2 chambres ou de l’option 3 chambres, afin de faciliter la tâche au constructeur et d’offrir un coût de construction fort attrayant. Bien réfléchi n’est-ce pas ?

Maison avec possibilité de revenus:  maison avec sous-sol bachelor !

 

Dans la foulée de ces plans de maisons facilitant l’accès à la propriété, Dessins Drummond vous suggère ce modèle de trois chambres avec bachelor intégré (appartement fini au sous-sol) et entrée à palier permettant l’obtention de fenêtres de bon format pour les pièces du sous-sol… Si vous préféreriez ce plan sans sous-sol bachelor, voici un plan offrant le même modèle de maison.

Consultez tous les modèles de maison avec bachelor intégré au sous-sol (appartement fini au sous-sol) en cliquant ici>>

D’abord, côté propriétaire, on doit souligner la présence d’une garde-robe au palier de l’entrée ainsi qu’une abondante luminosité en provenance du secteur activités à la fois ouvert et abondamment fenêtré sur l’arrière et sur le côté. Ici, la cuisine, avec ses trois fenêtres en coin à angle, se veut tout autant lumineuse que fonctionnelle. Deux chambres, avec excellent rangement, et une salle de bain avec bain en coin, douche en coin et buanderie intégrée, complètent ce plancher alors qu’au sous-sol, toujours côté propriétaire, on apprécie une troisième chambre et un bel espace atelier-rangement toujours aussi bien fenêtré.

Côté locataire, pour lequel on perçoit partiellement l’entrée privée sur la droite de la maison, on remarque une garde-robe au bas de l’escalier (6 marches seulement), un coin buanderie indépendant, une chambre, une salle de bain et un secteur séjour, lunch et cuisine avec assez de lumière et donnant sur l’arrière.

**********************************************

Dessins Drummond a assurément un plan de maison qui correspond à votre style, à vos besoins et à votre budget en offrant un excellent rapport qualité prix. De plus, il est possible de faire des ajustements, changements ou modification de plans à prix très abordable, et ce, même après l’achat de votre plan. Achetez  le plan de maison, chalet ou multi-logement de notre collection se rapprochant le plus de vos besoins, et obtenez une estimation gratuite pour la modification de votre plan, en ligne ou à une agence de Dessins Drummond au Québec ou au Nouveau-Brunswick.

4 janvier, 2013
Par Denis Chamberland

La première étude Montréalaise sur la performance énergétique d’une toiture végétale démontre que cette technologie réduit la consommation d’énergie de climatisation et de chauffage. « Nous attendions ces résultats depuis plusieurs années. C’est une étape importante pour l’implantation à grande échelle des toits verts », souligne Owen Rose, président du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

L’étude a comparé la consommation énergétique d’une toiture conventionnelle à celle de deux types de toitures végétales (irriguée et sèche). Le toit vert irrigué a démontré une performance globale d’environ 10 à 15% supérieure à celle du toit vert non irrigué. Les avantages des toits verts se traduisent comme suit :

Diminution drastique de la consommation d’énergie de climatisation : l’entrée de chaleur reliée au toit dans le bâtiment a été réduite de 99% sur le toit irrigué et de 91% sur le toit non irrigué.

Gains en énergie de chauffage : les pertes de chaleur reliées au toit enregistrées sont de 38% et de 27% inférieurs à un toit conventionnel.

Prolongation de la durée de vie des toitures : la température enregistrée sur la membrane d’étanchéité d’une toiture verte est beaucoup plus stable (77% et 66%) et la température maximale est réduite du quart (27% et 25%).

Pour en savoir plus sur cette étude et les autres qui l’ont précédé, visitez le site www.ecologieurbaine.net/toits-verts

Tiré du magazine Québec Habitation

21 décembre, 2012
Par Denis Chamberland

Si vous demandez au fondateur reconnu de BuildingGreen, Alex Wilson, combien d’isolant on devrait mettre dans une maison, celui-ci répond que cela dépend surtout de la région où elle se situe.

Ainsi, pour une maison située dans la moitié nord des États-Unis (du nord-est californien au Vermont), il recommande de suivre la règle du 5-10-20-40-60 préconisée par l’expert en enveloppe du bâtiment bostonnais Joe Lstiburek, de la firme Building Science Corporation : R-5 pour les fenêtres, R-10 sous la dalle, R-20 pour les fondations, R-40 dans les murs de charpente et R-60 dans les combles ou, si vous préférez, dans la toiture.

Pour sa part, le nouveau Code québécois du bâtiment exige respectivement les niveaux minimum suivants : R-3-5-17-24,5 et 41 pour la majeure partie habitable du Québec. Curieux n’est-ce pas qu’en notre région un peu plus nordique, les minimum requis soient mois élevés que ceux préconisés par M. Lstiburek.

À noter que la surisolation est beaucoup plus rentable que le choix de fenêtres au vitrage triple et à double pellicule de faible émissivité dont le surcoût prend jusqu’à 60 ans à amortir, selon le pionnier vermontois des maisons solaires surisolées, Robert Riversong. De fait, ces fenêtres  sont jusqu’à 50% plus chères que de bonnes fenêtres doubles à faible émissivité.

Tiré en grande partie du magazine La Maison du 21è siècle, édition Automne 2012

12 octobre, 2012
Par Denis Chamberland

Pour :

Une résistance thermique élevée : Pour un mur de 18 po en ballots crépis posés sur le chant, « il y a tout lieu de croire qu’elle atteint une valeur R-28 ou plus comparativement à la valeur R-14 d’un mur en 2 x 6 type isolé » en tenant compte des pertes thermiques à travers l’ossature de bois, conclut le rapport de la SCHL La consommation d’énergie dans les maisons en ballots de paille. En France, la réglementation thermique 2012 parle plutôt de R-34,2 pour des ballots de 12 po, précise Pierre Gilbert du GREB.

Une économie d’énergie d’au moins 20% et un confort supérieurs : « La masse de la paille et du revêtement de stucco/plâtre prend des heures à se réchauffer ou à refroidir, souligne la SCHL. Cet effet peut entraîner des économies d’énergie supplémentaires lorsque la température extérieure fluctue. »

Empreinte écologique réduite : 20 à 40% d’économie de bois par rapport à une maison conventionnelle.

Déchets de chantier réduits.

Utilisation de matériaux biodégradables et annuellement renouvelables.

Régulation (diffusion) de l’humidité par les murs.

Résistance au feu supérieure au bâtiment de bois quand la paille est crépie de mortier léger.

Matériau naturel et non polluant.

Durabilité des murs protégés contre l’humidité (il suffit de colmater les fissures qui se produisent dans le crépi).

Esthétique permettant une grande variété de formes et de designs.

Abordabilité : coût inférieur ou équivalent à la construction classique

Contre :

Absence de normes et règlements pour rassurer villes, assureurs et prêteurs.

Grand surplombs de toiture et fondations élevées requis pour permettre l’assèchement et ainsi éviter la croissance de moisissures (à partir de 20% d’humidité). L’expert québécois de la construction en paille Michel Bergeron recommande de placer des sondes d’humidité dans tous les murs afin d’en suivre la teneur.

Temps de mise en œuvre plus élevé, notamment pour le crépi (quoi que d’autres revêtements sont possibles).

Certains prétendent que la valeur de revente est plus ou moins bonne, mais Pierre Gilbert est en désaccord : « Ici (au GREB), toutes les maisons qui ont été vendues l’ont été à un prix correspondant au marché. »

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, édition Été 2012

 

 

 

 

 

23 août, 2012
Par Yves Carignan

source: www.ecoressources.com

Ce dont nous parlions depuis quelques mois est maintenant adopté; Le 1er août dernier, le conseil des ministres du Gouvernement du Québec a adopté le Règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l’efficacité énergétique. Les nouvelles exigences entreront en vigueur le 30 août 2012.

Concrètement, ces changements touchent plusieurs éléments concernant l’isolation de votre maison afin d’en augmenter l’efficacité énegétique. Pour en savoir davantage…

Pour être exempté de cette nouvelle règle, vous devez avoir déposé vos plans à votre municipalité avant la date du 30 août 2012 et débuter les travaux de construction avant le 28 novembre 2012.

Deux choses importantes à retenir pour le consommateur:

1. Assurez-vous que vos plans que vous vous procurerez au cours des prochains jours sont conformes à cette nouvelle règle car vous vous retrouverez avec des problèmes lors de la mise en chantier

2. Assurez-vous également que votre entrepreneur est au courant de ces règles et qu’il fut formé par son Association (APCHQ, ACQ) afin de respecter cette règle lors de la construction de votre maison.

Du côté de Dessins Drummond, dès que nous avons été informés de cette décision, nous avons mis en place les étapes de modifications de nos plans plans afin de respecter ces nouvelles règles.  Le court délai que la RBQ nous a laissé fait en sorte qu’il se peut que nos délais de livraison soient étirés de quelques jours afin de nous assurer de vous livrer le même produit de qualité, conforme aux lois et règles en vigueur dans notre province.

Soyez donc assurés que tout plan que vous vous procurerez chez Dessins Drummond à partir d’aujourd’hui, respectera en tout point la nouvelle régle et que vous aurez l’esprit tranquille.

6 juillet, 2012
Par Denis Chamberland

Conçu à partir du très populaire cottage 3507, ce modèle version se veut d’une part un peu plus confortable au rez-de-chaussée avec l’addition d’un deux pieds en profondeur et, d’autre part, économique en raison de son approche évolutive visant une finition ultérieure de l’étage non fini selon les besoins spécifiques des propriétaires.

Pour en savoir davantage…

24 février, 2012
Par Denis Chamberland

Pour faire suite à mon billet sur les nouvelles exigences en matière d’efficacité énergétique qui devraient entrer en vigueur au courant de l’année 2012, vous devez savoir que celles-ci feront augmenter le coût de la plupart des maisons unifamiliales de 0,95 à 1,2% ou « tout au plus 2% » selon l’architecte Nathalie Lessard, responsable de la mise à jour du Code de construction à la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). Pour une maison de plain-pied de 1900 pi2 avec sous-sol, cela représenterait un surcoût de 1 785 $ à 2 524 $. Cette même maison perdra typiquement 22,6% moins de chaleur, ce qui fera économiser l’équivalent de 6 677 kilowattheures ou 487 $ par année (ces montants excluent les taxes). Les économies augmenteront sans cesse puisque Hydro-Québec prévoit hausser ses tarifs résidentiels en moyenne de 3,3% par année d’ici 2018. 

En général, les maisons mieux isolées sont immédiatement rentables: si l’on ajoutait 4 000 $ à une hypothèque de 200 000 $, cela ne représenterait qu’une mensualité additionnelle de 20,82 $ (prêt sur 25 ans au taux actuel de 3,99% pour 63 mois offert par le Mouvement Desjardins). Or, même si l’économie d’énergie n’était que de 300 $ par année, cela représenterait une économie mensuelle de 25 $ ! 

Mais encore faudra-t-il effectuer un test d’infiltrométrie pour garantir que la maison est assez étanche à l’air pour que ces économies soient au rendez-vous. En 2004, l’inspection de 50 maisons neuves par le magazine Protégez-vous avait révélé que certaines habitations gaspillaient jusqu’à 500 $ d’énergie par année.

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, édition Hiver 2012

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-nous sur...

Facebook
Twitter

Vous naviguez actuellement dans les archives de la catégorie Économie.

Catégories

Blogoliste

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930