Accueil
construire
... votre monde!
 

Archive de la catégorie 'Consommation'

10 décembre, 2013
Par Yves Carignan

Au cours de l’année 2014, Dessins Drummond vous proposera via le site de contenus vidéos Vimeo.com, une série de capsules vidéos traitants de différents sujets tels:

  • Problèmes et solutions en chantier
  • Services offerts par Dessins Drummond
  • Visite de maisons réalisées par Dessins Drummond
  • Témoignages de clients,
  • etc.

Nous vous proposons cette première capsule d’introduction qui vous invite à nous suivre et à nous proposer des idées de vidéos selon les différentes situations que vous avez vécues en chantier ou lors de la préparation de votre projet.

Si vous avez un projet en tête, entrez en contact avec l’une de nos agences qui se fera un plaisir de vous rencontrer et qui sait, peut-être que votre projet deviendra un sujet de capsule !

Merci de votre attention et surveillez nos premières capsules dès janvier 2014 !

22 novembre, 2013
Par Denis Chamberland

Après avoir vu sa maison (construction 2007) détruite par les flammes en juillet 2012, Alain Hamel, constructeur émérite de maisons performantes dans la région du Saguenay, a mis a profit tout son savoir de constructeur afin d’ériger une exceptionnelle maison solaire passive, Net zéro et LEED Platine avec le plus haut score jamais obtenu au Canada.

Pour sa maison, Alain a choisi de mobiliser tout son savoir en faisant appel aux innovations les plus pointues en matière d’énergie. Avec la collaboration d’Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation, Denis Boyer, l’ingénieur en énergie et développement durable de l’organisme, et Lucie Langlois, d’Alias Architecture, Alain et sa conjointe France ont mis de l’avant un projet de construction pour l’obtention d’une maison à la fois super-isolée, super-étanche, conçue et orientée pour être chauffée presqu’uniquement par le soleil.

L’équipe s’est même donnée comme défi de la faire certifier Passivhaus (maison passive), soit ce très prestigieux label allemand. Comme le climat du Saguenay est passablement plus frais que celui de l’Allemagne, ce défi était véritablement colossal. Faut savoir qu’au Canada, aucune maison de type « solair passif » n’a été construite dans un climat aussi froid. Pour obtenir cette certification allemande, il faut atteindre la consommation d’énergie maximale de 15 kWh annuels par mètre carré, pour le chauffage et la climatisation, quand une maison conventionnelle en consomme 100 !

Une telle approche est grandement exigeante en raison du climat, des matériaux disponibles, des portes et fenêtres aux exigences plus élevées pour lesquelles d’ailleurs Alain a dû procéder à du démontage afin d’augmenter l’étanchéité de celles-ci avec du polyuréthane. Les simulations énergétiques représentent un vaste travail. Orientation, masse thermique, compacité, épaisseur des murs, nature des isolants, étanchéité, performance des fenêtres, tout doit être paramétré au plus près afin de maximiser le rendement énergétique. Le fameux 15 kWh annuels représente un défi de taille.

Fin de l’été 2013, la maison est presque achevée et le résultat est au-delà des espérances. D’après les tout derniers calculs, elle ne consommera que 13,3 kWh annuels par mètre carré en chauffage et climatisation. La certification Passivhaus semble donc envisageable!

La certification LEED Platine a été obtenue, et avec un nombre de points record au Canada. La combinaison de ces deux exigences est tout simplement idéale aux yeux d’Alain Hamel : «  Passivhaus est essentiellement centré sur les économies d’énergie alors que LEED prend en compte de nombreux aspects environnementaux comme la non-nocivité des matériaux, l’aménagement extérieur, la gestion de l’eau, la réduction des déchets… Pour moi, chaque maison passive devrait également respecter les critères LEED ! »

C’est tout de même le qualificatif de « maison résiliente » qu’Alain Hamel avait continuellement en tête. Appliqué à son habitation, le concept revêt deux aspects aux yeux de celui-ci. D’abord la résistance aux changements climatiques, illustrée en général par la solidité de l’habitation, et, en particulier par le toit en acier blanc qui réfléchi les rayons du soleil. Cette approche permet d’éviter l’émission de chaleur dans l’atmosphère ainsi qu’une climatisation excessive de la maison soit l’exact opposé des toits en bardeau d’asphalte noir et absorbant qui recouvre la grande majorité des maisons au Québec.

Ensuite, l’autonomie en cas de catastrophe naturelle ou tout simplement de grosse coupure d’électricité. « La maison est reliée aux réseaux d’eau et d’électricité, mais il y a une redondance des équipement qui la rend potentiellement autonome. Ses panneaux photovoltaïques, son poêle à bois et sa thermopompe lui permettent en fait de produire sa propre énergie, dont le chauffage » nous dit Alain Hamel. Précisons qu’elle est autonome en eau grâce au recyclage de l’eau de pluie (douche, toilettes, irrigation du jardin) et au puits artésien (lavabo, évier, lave-vaisselle).

Planchers radiants, chaudière au gaz, panneaux solaires, thermopompe… cette abondance d’équipements peut poser question au plan écologique. Notamment du côté des panneaux solaires que l’on sait polluants à fabriquer alors que le Québec produit en quantité une électricité propre comparé à celle des centrales nucléaires  et à charbon de l’ouest, des États-Unis ou des cousins européens. « On peut en discuter, commente Alain, mais je préfère mon système à ceux des maisons autonomes habituelles qui nécessitent une génératrice au diesel. Quant à l’énergie solaire, il est bon qu’elle soit développée partout, même au Québec ! » Pour en savoir davantage…

Tiré du site internet La Maison du 21è siècle.

1 novembre, 2013
Par Denis Chamberland

La chute radicale du prix de l’électricité photovoltaïque (PV) laisse entrevoir un avenir radieux pour cette industrie. En effet, le prix moyen d’un petit système de moins de 10 kilowatts raccordé au réseau électrique (donc sans batteries) est passé de 8,50 $ le watt en 2007 à entre 3 $ et 5 $ le watt en 2012, selon Ressources naturelles Canada.

C’est ainsi que la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a fait installer par Énergie Matrix un système PV qui dessert des chalets hors réseau, situés à l’île d’Anticosti. Référence pour d’autres sites de la Sépaq, le système de12 kW lui permettra de réduire l’usage d’une bruyante et polluante génératrice qui consommait près de 30 000 $ de diesel par année.

Pour sa part, la compagnie Rématek-Énergie fournira un système de 425 modules PV qui seront installés sur la toiture de la future bibliothèque de Varennes. Ce système de 100 kW en fera le premier bâtiment institutionnel au pays à produire annuellement autant d’énergie qu’il en consommera.

Enfin, Volts Énergies a récemment doté un chalet de Montebello, non desservi par Hydro-Québec, d’un système PV de 7,5 kW jumelé à une petite génératrice qui fonctionne rarement. Ce système silencieux produit en moyenne 25 kilowatts/heure d’électricité par jour, de quoi assurer tous les besoins domestiques hors chauffage. Il a coûté 67 000 $ (excluant la génératrice) et comprend une banque d’accumulateurs haut de gamme. Celle-ci procure une réserve de 61 kW, assez pour jouir d’une autonomie énergétique complète durant jusqu’à deux journées ennuagées.

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Automne 2013

4 octobre, 2013
Par Denis Chamberland

Avis aux intéressés !

Depuis le 30 août 2012, le nouveau Code de construction du Québec ( partie 11, Efficacité énergétique ) exige que les portes, les fenêtres et lanterneaux installés dans une maison neuve ou agrandie aient un meilleur rendement énergétique qu’autrefois. Par exemple, les fenêtres doivent désormais comprendre des vitrages à faible émissivité séparés par un gaz isolant.

Nouveauté importante, le Code limite désormais la superficie totale des ouvertures ( portes, fenêtres et lanterneaux ) à 30% de la superficie totale des murs hors sol d’une maison neuve ou agrandie de plus de 108pi2 ( 10m2 ). Pour un tel agrandissement, souvent apparenté à un solarium, la performance énergétique doit être plus élevée que dans une maison neuve et le vitrage triple avec gaz isolant devient quasiment incontournable.

Avis aux intéressés, il en va de même pour une maison dont les ouvertures dépassent le 30% permis. Comme le code exige que la performance énergétique soit encore plus élevée, le verre triple devient une fois de plus incontournable avec un surcoût envisageable de 15%. Sans oublier, avec cette nouvelle tendance des fenêtres et portes noires, un autre surcoût d’environ 25% à prévoir à votre budget.

Tiré en majeure partie du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Été2013

6 septembre, 2013
Par Denis Chamberland

« Les toits verts aident à réduire la chaleur en milieu urbain et la consommation d’énergie associée, qui sont particulièrement préoccupantes alors que les températures globales sont à la hausse.

Les toits verts permettent également de gérer les eaux de ruissellement ( réduire les polluants qui entrent dans nos cours d’eau ), d’accroître la biodiversité, d’améliorer la qualité de l’air et d’embellir notre ville. » ( Source : toronto.ca/greenroofs )

En absorbant les fortes pluies tout comme le font les sols perméables, la végétation économise 165 millions de dollars par année à Montréal en prévenant des inondations, selon la Fondation David Suzuki.

Durant les journées très chaudes, la mortalité est 20% plus élevée que la moyenne chez les gens vivant dans les îlots de chaleurs, selon la Direction de la santé publique de Montréal. La température ambiante peut être jusqu’à cinq degrés Celsius plus élevée dans les quartiers de peu de végétaux et à la fois peu ombragés.

Autres avantages des toits verts :

Durabilité accrue des matériaux comme les membranes de toiture ainsi protégées du soleil, de la glace, etc.
Amélioration de la qualité de l’air par l’absorption des poussières
Création de nouveaux habitats diversifiés pour les plantes et les animaux
Embellissement du paysage
Agriculture nouveau genre ( à l’abri des animaux et des polluants au sol )
Obstacle à la propagation des incendies aux immeubles voisins grâce à l’eau emmagasinée ( mais des plantes trop sèches la favorisent )
Atténuation du bruit
Adaptation aux hausses de température et aux pluies accrues prévues en raison des changements climatiques
Isolation entraînant des économies d’énergie de chauffage et de climatisation ( si l’intérieur du toit est non ventilé )
( Source : ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs )

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Été2013

23 août, 2013
Par Denis Chamberland

L’accréditation ÉcoEntrepreneur, dont j’ai parlé dans un billet précédent ( Un premier ÉcoEntrepreneur certifié ) comble un vide alors que la deuxième mouture du programme gouvernemental Novoclimat se fait attendre. Elle propose aux entrepreneurs des gestes écologiques faciles et peu coûteux à poser, des outils de marketing écologique ainsi qu’une liste de matériaux et de produits sains et à faible impact environnemental.

« Plusieurs études américaines démontrent que le marché de l’immobilier s’est effondré dans les dernières années, sauf dans le marché des maison vertes. Nous aidons les entrepreneurs qui veulent continuer à se distinguer, mais qui peinent à suivre le rythme rapide du développement des produits, services et techniques écologiques, explique le directeur d’Archibio, Pascal Morel. Il est important de noter toutefois que l’accréditation ÉcoEntrepreneur ne veut pas se substituer aux certifications existantes, comme par exemple LEED, qui portent sur le bâtiment et non sur le professionnel. »

Mais justement, de plus en plus de Québécois, sans vouloir faire certifier leur maison, sont à la recherche d’entrepreneurs capables de répondre à leurs attentes dans les domaines de la construction et de la rénovation écologiques. Les ÉcoEntrepreneurs se distinguent des entrepreneurs conventionnels d’autres façons. Ils doivent :

1. Faires réaliser un test d’infiltrométrie pour valider l’étanchéité du bâtiment

2. Utiliser cinq catégories de produits locaux ou écologiques

3. Gérer de manière responsable les déchets de construction

4. Réduire au maximum le déboisement sur le site de la construction

5. Installer des toilettes, des robinets et des douches à faible débit

Ces efforts les distinguent, puisque la plupart ne sont pas obligatoires en vertu des Codes de construction.

Pour conserver leur certification, les ÉcoEntrepreneurs doivent également suivre un programme de formation continue et respecter un code d’éthique. Des audits sont réalisés sur les chantiers de manière aléatoire.

Pour en savoir davantage, ecoentrepreneur.ca 514 985-0004, poste 620

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Été2013

19 juillet, 2013
Par Denis Chamberland

La Maison du développement durable ( MDD ) est le premier bâtiment au Québec à recevoir la certification LEED Platine Nouvelle construction, la plus haute distinction possible dans le système de reconnaissance des bâtiments écologiques LEED géré par le Conseil du bâtiment durable du Canada.

Inauguré en octobre 2011, l’immeuble montréalais de cinq étages abrite huit organisations engagées dans la promotion du développement durable, dont Amnistie internationale, Équiterre et Option consommateurs.

Cet été, la Maison propose une vingtaine d’activités publiques, dont des démonstrations culinaires et technologiques, des expositions artistiques, des concours et des visites guidées gratuites tous les vendredis, à 13h30 et à 17h30, jusqu’au 30 août.

La maison propose également un parcours autoguidé d’interprétation du bâtiment, réalisé par Équiterre, ainsi que des outils et références sur le développement durables.

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, Édition Été 2013

5 juillet, 2013
Par Denis Chamberland

Pour une 8è année consécutive, le plus important festival de l’environnement et de l’habitation saine aura lieu cet automne sur le site de la foire de Brome, dans les Cantons-de-l’Est. Les 21 et 22 septembre prochains, les chapiteaux de la foire Projet Écosphère accueilleront quelque 200 exposants issus notamment des domaines de l’habitation verte, des nouvelles technologies, de la mode, du design, des cosmétiques, de l’alimentation saine et des médecines alternatives.

Une trentaine de conférenciers de marque y sont attendus, dont le journaliste français Hervé Kempf, auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont Fin de l’Occident, Naissance du monde (2013) et Comment les riches détruisent la planète (2007).

Profitez-en pour visiter la maison KYO réalisée dans les plus hauts standards de conception d’habitations Saines, Écologiques à Haute Efficacité Énergétique (SEHEE) dans un processus fiable et garantie.

Visitez aussi l’espace mobile EM2 qui utilise le système Idékit et nous présente un concept des plus versatiles, que ce soit nomade ou sédentaire, les capsules EM2 s’emboîtent les unes aux autres, verticalement ou horizontalement.

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle Édition Été2013 et du site internet Brome 2013, Projet Écosphère.

21 juin, 2013
Par Denis Chamberland

Dans un effort visant à contribuer à sa façon à l’amélioration de la qualité de construction au point de vue des aspects énergétiques, écologiques, économiques et ergonomiques, Dessins Drummond propose une approche constructive avec l’élaboration de plans de maisons neuves et chalets auxquels se greffe une somme d’informations fort pertinentes pour l’obtention d’une maison ou d’un chalet d’Environnement Supérieur.

Retrouvez donc, pour ce 2939-ES, un plan d’implantation précisant l’orientation optimale visant à atténuer les chauds rayons de soleil en été et à profiter de ceux-ci en hiver dans une approche solaire passive vous permettant de bénéficier au maximum de la vue panoramique s’offrant à vous. Découvrez les bonnes façons de construire en utilisant des matériaux recyclés ou en récupérant un maximum de matériaux et ce, en vous assurant l’apport d’un entrepreneur qualifié. Optez pour les bonnes façons d’aménager votre terrain comme spécifiées sur les plans et afin de profiter à la fois des eaux de pluie, de l’ombre de certains arbres ou de l’effet coupe-vent d’autres arbres.

Assurez-vous d’une construction saine avec l’usage de matériaux dégageant un minimum de COV (composés organiques volatils) et l’installation de bons appareils assurant la qualité de l’air intérieur ainsi qu’une bonne gestion du taux d’humidité.

Réalisez des économies d’énergie en construisant sur des fondations adéquates, en optant pour des appareils électriques certifiés et en choisissant de l’éclairage approprié. Limitez votre consommation en eau avec l’usage d’appareils et de robinetterie certifiés et en optant pour des appareils performants comme un chauffe-eau sur demande.

Dans le but de vous permettre de bien vieillir avec votre maison, ce plan 2939-ES fut conçu afin que vous viviez au quotidien sur un même plancher. Ainsi, au rez-de-chaussée, appréciez un vestibule à l’entrée avant, une cuisine-dînette avec îlot amovible, une salle à manger jumelée à une salle de séjour avec plafond cathédrale et espace pour un poêle ou foyer. Sans oublier une suite des maîtres avec salle de bain privée et un coin laveuse-sécheuse tout près.

Ici, le concepteur va encore plus loin avec un corridor à 4pi de largeur et un escalier linéaire permettant d’une part de circuler en fauteuil roulant et, d’autre part, d’accéder aux autres planchers via un élévateur fixé à l’escalier. À noter que la salle de bain des maîtres peut être modifiée afin de la rendre sécuritaire pour les gens vivant avec une mobilité réduite.

Découvrez le 3240-ES, conçu tout à fait dans une même pensée, et n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !

 

13 juin, 2013
Par Jennifer Larocque

Un coup de tête vous prend de relooker votre bercail? Voici quelques trucs et astuces à suivre afin d’éviter de faire des erreurs en déco lorsque vous redécorez votre chez-vous.

1. Tenez vous loin des tapis trop petits !

2. Ne pas négliger la tête de lit…

3. Emménagez avant de choisir le mobilier

4. N’achetez rien si vous n’avez pas de coup de coeur, et saisissez les opportunités!

« La paresse peut paraître attrayante, mais le temps apporte la satisfaction. »

5. Limitez la quantité de petits accessoires décoratifs

6. Vous aimez le beige ? Regardez tous les tons de beige possibles…

Certains auront un effet vert, d’autre jaune ou rosée… et ça peut vraiment gâcher le look recherché! Et comme on dit souvent en déco: « ça coût pas plus cher de choisir la bonne couleur que la moins bonne ».  Il faut prendre le temps de regarder notre choix de couleurs à la lumière du jour, du soir, et surtout près des meubles afin de voir si les tons se coordonnent bien entre eux!  Un sofa beige/jaune adossé à un mur beige rose… on ne veut pas ça!

7. Mettre l’accent sur la porte d’entrée !

8. Évitez de peindre les moulures en blanc

9. Si désiré, regroupez votre collection d’objets, ne l’éparpillez pas !

10. Portez une attention particulière à la hauteur des cadres…

Vous êtes excités à l’idée d’un nouveau projet de décoration ou de rénovation? Pourquoi pas profiter de l’été pour planifier, relooker et décorer une nouvelle remise à votre goût ? Voici mes trois modèles de remises préférées… Les-aimez vous ?

Un extérieur tape-à-l’oeil

Un bel espace boni pour vous servir

680 pi² de rangement pour vous faciliter les choses

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-nous sur...

Facebook
Twitter

Vous naviguez actuellement dans les archives de la catégorie Consommation.

Catégories

Blogoliste

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930