Accueil
construire
... votre monde!
 

Archive de la catégorie 'Acquisition immobilière'

19 juillet, 2013
Par Denis Chamberland

Vous êtes à la recherche d’un « chalet » familial ? Eh bien prenez le temps d’apprécier ce plan 3925 dont les commodités intérieures comme extérieures vous surprendront !

D’abord, veuillez considérer un extérieur tout à fait dans le ton d’un « chalet » avec pierre et bois en parement mural, grande terrasse avec accès au terrain, abri-moustiquaire où il fera bon manger sans les moustiques, rangement des plus logeables donnant sur l’arrière et garage double avec rangement additionnel situé au-dessus.

Ensuite, appréciez un intérieur avec secteur activités entièrement ouvert sur l’arrière et proposant: îlot-lunch à la cuisine, foyer centré entre la salle à manger et la salle de séjour, salle familiale ou cinéma-maison abondamment vitré…

Pour en savoir davantage et/ou pour une collection complète de chalets pour tous les budgets

29 juin, 2012
Par Denis Chamberland

Vous êtes à la recherche d’un plan de jumelé vous permettant de vous impliquer sans toutefois vous ruiner ?  

Découvrez donc ce plan de jumelé avec garage dont le caractère évolutif propose à son nouvel acheteur de vivre en un premier temps sur un rez-de-chaussée entièrement aménagé avec toutes les pièces et utilités nécessaires et, en un second temps, l’opportunité ou le loisir de finaliser ultérieurement le sous-sol selon ses propres besoins.

Pour en savoir davantage…

16 décembre, 2011
Par Denis Chamberland

Bachelier en science et titulaire d’une maîtrise en géie industriel, Robin Gauthier-Ouellet fut analyste d’affaires pendant cinq ans pour une compagnie de gestion de construction avant de fonder sa propre entreprise, Écohabitations boréales, en 2008. Après avoir construit pour ses parents une des premières maisons québécoises certifiées LEED, il a fait de ces maisons vertes une spécialité. Il en a déjà complété quatre et d’autres sont en marche. 

Sa femme, Julie Hudon, a quitté son emploi d’enseignante pour s’occuper notamment du service à la clientèle. Depuis trois ans, elle déniche les matériaux et produits sains pour ces maisons, ce qui n’était pas tâche facile à l’époque. « On avait l’air bizarre à demander des produits zéro COV aux fournisseurs, raconte-t-elle. Souvent, je devais mettre moi-même en contact les fabricants, distributeurs et détaillants, dont certains ignoraient avoir des produits sains en magasin. L’un d’eux m’a dit qu’il avait vendu à une femme enceinte le scellant de douche sans odeur que j’avais commandé! » 

Aujourd’hui, Robin et Julie récoltent le fruit de leur labeur : « On se fait de plus en plus questionner sur les aspects santé des maisons, comme les champs électromagnétiques et la qualité de l’air », dit-elle. Cette missionnaire dit que son amoureux l’est tout autant qu’elle. « Robin porte les problèmes du monde sur ses épaules. » Comme il veut s’assurer que ses clients aient les maisons les plus saines et vertes possibles, il a décidé de payer de s poche les frais de la certification indépendante LEED ainsi que les plans des résidences. « Tous nos clients veulent des maisons sur mesure, de milieu ou haute gamme, dit-il. Avec mon expérience en gestion de projets, monter un dossier LEED est un objectif atteignable-même pour un universitaire, la chose est un défi de taille. » 

Robin et Julie s’amusent fièrement à bâtir des maisons hypervertes au prix de maisons certifiées Novoclimat; bois récolté durablement dans Lanaudière, planchers de bois huilé de la Beauce, armoires de cuisine mauriciennes sans émissions de formaldéhyde, récupération du gypse et autres débris de chantier, etc. Ils ont même doté leur propre maison d’un chauffe-eau solaire et d’une prise 50 ampères pour recharger leur futur véhicule électrique. Changer le monde, une maison à la fois! 

Tiré du magazine La Maison du 21è siècle, édition Été 2011

29 novembre, 2011
Par Yves Carignan

 

chambre-commerce-quebec-floride-150

Au cours des dernières semaines, j’ai reçu un courriel de la part d’une lectrice via le lien « Parlez au Président«  et je crois qu’il est de mise de vous le partager.

Comme plusieurs canadiens et québécois, j’ai fait une acquisition immobilière en Floride au cours des dernières années et l’expérience fut partagée par Marie-France, ma conjointe et associée, dans un billet traitant de notre expérience et des étapes à franchir.

Le courriel reçu traite d’une conférence qui sera offerte par la Chambre de Commerce Québec-Floride le 5 décembre prochain, À l’Hôtel Omni Mont-Royal de Montréal.  Vous pouvez trouver toutes les informations sur le site de la Chambre de Commerce Québec Floride.

Merci à madame Vanessa Racicot pour cette information!

 

25 novembre, 2011
Par Denis Chamberland

 

Vous avez apprécié le jumelé 3058, eh bien découvrez ce modèle version pour lequel on a ajouté 2pi en largeur au 3058 d’origine afin d’en faire un jumelé remarquable avec chambre des maîtres au rez-de-chaussée et comme tant recherché par les parents d’adolescents.
Pour en savoir davantage…

Découvrez plein d’autres plans de jumelé…

18 novembre, 2011
Par Denis Chamberland

Que vous soyez entrepreneur ou promoteur en construction résidentielle ou même futur acheteur à la recherche d’une propriété que vous souhaitez plus rentable que vos REER, jetez un œil à ce jumelé contemporain et constatez par vous-même qu’il s’agit là d’un excellent placement.
Pour en savoir davantage…

Pour découvrir plein d’autres plans de jumelé…

25 octobre, 2011
Par Yves Carignan

Pour les premiers acheteurs, le stress relié à l’idée de recourir à une première hypothèque est équivalent au sentiment de leur perte de « liberté financière » lors de l’acquisition d’une maison.  Pour ma part, la première hypothèque donna comme résultat cette phrase dans ma tête: « Ça y est!  Je viens de me coincer pour 25 ans ! »…  Mais il est faux de croire en cette idée car avec les entretiens, les rénovations, les ajouts et les réparations, ce n’est pas pour 25 ans mais bien à vie !!!  :)  Aussi bien s’y faire et surtout, de bien planifer le tout.

Suis-je capable financièrement?
La meilleure façon de le savoir, c’est de le tester sur quelques mois, voire un an;  vous établissez votre budget familial, vous regardez le style de maison ou condo que vous aimeriez acquérir, en établissez le prix ainsi qu’une simulation hypothécaire avec un des nombreux outils disponibles sur le Web.  Intégrez à votre budget familial la différence entre l’hypothèque et le loyer (ou hypothèque) que vous payez actuellement.  Vivez quelques mois et regardez le résultats.  Si vous vivez bien et que vous n’êtes pas égorgés par les paiements fictifs, vous pouvez mettre en branle votre projet. 

Une des façon de regarder sa capacité financière est d’obtenir une préapprobation hypothécaire;  ce processus offert par votre courtier hypothécaire ou votre institution financière vous permettra de connaître vos limites au niveau de l’hypotèque ainsi que votre capacité de payer.  ATTENTION:  La limite n’est pas nécessairement un objectif à atteindre…

Les « autres dépenses » reliées à la maison:
Dès l’acquisition, il y a les frais d’évaluation (±1000$) qui peuvent être remboursés par la banque, les honoraires du notaire (plus de 1000$ selon les notaires) et viennent ensuite les frais de déménagement, l’assurance-prêt hypothécaire (pas nécessairement celle de votre institution financière!  Informez-vous!), la taxe de bienvenue et autres taxes qui viendront vous hanter.  Faites le calcul, on parle entre 5 000$ et 10 000$ venant de partout. 

La mise de fonds…
La mise minimale est de 5% du prix d’achat de la maison.  Plus la mise est élevée, plus vous économisez en frais d’intérêt à la longue.  Si vous désirez évitez l’assurance-prêt hypothcaire de la SCHL, vous devez avoir au moins 20% de mise de fonds.  Je ne connais pas de jeunes couples qui ont 40 000$ en économie pour une mise de fonds d’une maison de 200 000$…  C’est là que le jeu du crédit devient dangereux, soit la proposition d’une marge de crédit de la part d’une institution financière pour la mise de fonds…  Soyez très prudent et songez peut-être à ce qu’on appelle du « Love Money » (argent prêté ou donné par les proches(famille,amis…) à un particulier ou à un couple dans le but de créer une entreprise ou pour acquérir un bien immobilier) ou de simplement accumuler au moins 10%.

L’autre façon de procéder à une mise de fonds décente sans recourir à d’autres prêts est de se prêter à soi-même en « rappant » son RÉER.  Le RAP (Régime d’Accès à la Propriété) est un programme fédéral permettant de retirer jusqu’à 25 000$ de son RÉER pour effectuer une mise de fonds, sans payer d’impôts sur le retrait de ce montant de son RÉER.   Si vous n’avez pas de montants accumulés dans votre RÉER, ne vous inquiétez pas, les banques peuvent vous proposer toutes sortes de gymnastiques que je ne vous conseille pas!  Si vous n’avez pas d’économies, ni de Love Money ni de RÉER, attendez donc un peu…

Quel type d’hypothèque ?
20, 25, 30 ans ?…  Taux fixe ou taux variable?…  Mensuel ou Hebdomadaire ?…  Traditionnelle ou Crémeuse?…  :)  Mon opinion?  Consultez un courtier hypothécaire qui fera un travail pour vous et magasinera la meilleure hypothèque selon votre situation financière. 

Assurances?
Si vous faites l’acquisition d’une maison à deux et que vous êtes financièrement incapable d’effectuer les paiements hypothécaires seul en cas du décès du conjoint(e), souscrivez à une assurance-vie et invalidité hypothécaires;  en cas de décès, l’hypothèque sera complètement payée et en cas d’invalidité, les paiements se feront automatiquement.  Consultez votre institution financière ou votre courtier.

 Bonne chance et bonne recherche!

 

 

21 octobre, 2011
Par Denis Chamberland


Vous êtes à la recherche d’un plan de jumelé vous offrant différentes possibilités intérieures comme extérieures ? Regardez de près ce plan 3056 et son modèle version 3056-V1 et appréciez les différents intérieurs à la fois contemporains et facilement interchangeables grâce à un aménagement stratégique des ouvertures. Pour en savoir davantage…
Découvrez plusieurs autres plans de jumelés…

22 septembre, 2011
Par Yves Carignan


Tel que discuté lors d’une récente entrevue radio à Québec, la population québécoise est au prise avec un problème qui peut devenir un casse-tête à long terme;  le prix des maisons, neuves ou usagées, augmente beaucoup plus rapidement que les revenus familiaux. Résultat, la portion de ces mêmes revenus dédiés au logement grimpe annuellement.

Cette situation touche principalement les premiers acheteurs qui sont une bonne partie de la clientèle de Dessins Drummond.  Ce groupe de 22-30 ans se retrouve souvent dans une situation où la décision de devenir propriétaire les agace et les retient à la fois.

Comment s’en sortir?

L’achat de sa première maison relève souvent du rêve ou du coup de coeur.  Nous n’avons pas trop d’expérience, nous nous voyons plus facilement à profiter de notre maison plutôt que de l’entretenir et nous oublions certains aspects financiers!  C’est un peu comme sa première voiture!  Le besoin d’acquisition vient souvent du fait que le loyer est élevé et que le jeune couple songe à fonder une famille ou est déjà en processus.  Les options s’offrent donc à vous!  Le coût actuel des maisons fait réfléchir car avec un revenu annuel familial de 75 000$, on ne doit pas trop étirer l’hypothèque.

Le bon père de famille en moi vous dira d’économiser et ainsi arriver avec une plus grosse mise de fonds…  Mon père me le disait et ce fut peine perdue!…  Nous avons cependant acquis plus petit au départ et avons ainsi accumuler de la valeur pour ensuite acheter plus grand, au rythme de la croissance de la famille.  Mais aujourd’hui, avec le prix des maisons, que faire?

Acheter et Rénover
La première idée qui nous vient souvent à l’esprit est d’acheter une maison existante et de la « retaper » à notre goût.  J’ai persnnellement fait ce choix et je ne le regrette pas du tout.  Cependant, on doit s’assurer que nos travaux de rénovation ne tomberont pas trop souvent dans le fameux « tant qu’à y être » et que nous respecterons notre budget.  De plus,si vous désirez effectuer la majorité des travaux vous-mêmes, à travers votre emploi du temps normal, vous devez vous poser la question suivante: « combien d’heures libres aie-je actuellement?  Quelle proportion de ces heures pourraient être dédiées à un chantier de rénovation? »…  Vous voyez?…  Si nous sommes honnêtes, le chiffre sera sous les 10 heures par semaine, en éliminant certaines activités qui nous font du bien!

Ne tombez pas dans le piège;  si vous êtes habitués à travailler de vos mains, allez-y!  Mais si vous n’y connaissez rien, l’entrepreneur spécialisé en rénovation peut devenir un investissement rentable, tant financierement que psychologiquement.

Faites évaluer vos travaux et calculez votre capacité financière.  Une rencontre avec un entrpereneur et un spécialiste en prêt hypothécaire devient cruciale afin d’évaluer vos différentes possibilités.

Une rénovation est toujours un projet très stimulant; suffit de bien le planifier!

 

Acheter en ville
La mode actuelle étant le transport en commun et le fameux « en ville sans ma voiture« , l’idée d’acquérir un condo en ville et de demeurer près de son travail est souvent la première qui nous vient en tête.  Mais si vous désirez quitter votre logement parce que vous ne pouvez plus endurer les voisins bruyants, l’idée du condo ne sera pas la solution à votre problème !…  Les règles et les voisins qui scrutent vos agissements afin de s’assurer que vous respectez lesdites règles viennent souvent anéantir notre plaisir de vivre en condo.

Si on regarde les maisons en ville, les prix élevés nous enlèvent le goût de devenir propriétaire.  Les jeunes doivent continuer de vivre et ne pas s’étouffer avec un maison à prix trop élevé pour leurs capacités.  Les maisons en ville sont rarement occupées par des premeirs acheteurs.

Certaines villes développent présentement des quartiers avec des maisons semi-détachées qui offrent un beau compromis à la maison unifamiliale.  Vous n’avez qu’un seul voisin direct à endurer!  Informez vous dans votre municipalité.

 

Maison neuve en banlieue
Souvent ridiculisée par les gens de la ville parce qu’ils croient que leurs résidents n’ont pas le même « privilège » qu’eux de s’entasser comme des sardines et de vivre sur le béton, l’asphalte, les trous dans les rues et les gangs de rue (je blague!…  un peu), la banlieue est devenue l’endroit idéal pour les jeunes couples qui désirent acquérir leur première maison.  Prix plus abordable, terrain privé, parc à proximité (souvent sans les seringues des parcs de la ville), vie plus paisible, bref, cette solution est souvent la meilleure à leurs yeux.

Mais, comme vous le savez, le prix à payer est souvent celui de l’attente dans le trafic, des heures de transport et du stress.  Si vous vivez à Montréal et dans sa banlieue, je vous comprends!  Et la décision n’est pas simple.  Mais cette option, malgré ces opposants urbains, est souvent la meilleure pour sa qualité de vie globale;  une fois que vous réussissez à vous rendre chez vous, si vous êtes bien et heureux, c’est tout ce qui compte.  Reste ensuite à se trouver un travail hors de la ville !!!

Sérieusement, une grande ville comme Montréal offre des atouts que les plus petites villes ne peuvent offrir.  Je le sais, je vais fréquemment à Montréal et j’aime cette ville.  Pour y vivre avec une famille de trois enfants, il faut faire des choix.  Si vous n’êtes pas prêts à les faire, il faut songer à la traverse quotidienne des ponts!…  Simple comme analyse mais complexe à décider.  À chacun ses choix!

La maison unifamiliale conservera toujours son charme et demeurera l’option que la majorité des parents de jeunes enfants voudront sélectionner lorsque viendra le temps de choisir le lieu de résidence.  Cependant, elle comporte des côtés obscurs avec lesquels nous devrons vivre tant que le travail à domicile ne sera pas dans nos moeurs!

Consolez-vous, même dans une ville comme Drummondville, il y a de la congestion sur le pont enjambant la rivière St-François!  C’est pour cette raison que je demeure « en ville » ! :)

 

 

30 août, 2011
Par Yves Carignan

Très heureux de vous retrouver!  J’ai pris une pause tant volontaire qu’involontaire cet été et me revoilà pour échanger avec vous sur le passionnant sujet de l’habitation et de l’immobilier.

Dans mes lectures des derniers jours, je suis tombé sur un article fort intéressant de Jean-François Théberge concernant les investissements immobiliers.  Ce sujet revient constamment sur la table surtout lorsque les marchés boursiers jouent au Yo-Yo avec notre argent et que nous avons l’impression d’en perdre le contrôle.  Je vous résume donc cette infolettre.

Beaucoup de gens sont tentés par l’aventure d’acquérir un duplex, un triplex, un quadruplex bref, tout immeuble à revenus qui vous permettra d’investir votre argent dans quelque chose de « solide », de palpable, dont vous pourrez contrôler la destinée, autant que faire se peut.  Il y a cependant quelques critères à évaluer avant de vous y lancer!

Un immeuble à revenus est un bon investissement pour trois raisons:
1. Si vous comptez habiter un des appartements de la propriété, les revenus que généreront les loyers vous aideront à payer votre hypothèque. Avantage financier; si vous voulez quitter votre appartement pour avoir la paix, ce n’est pas la solution cependant…
2. L’investissement dans l’immobilier permet la constitution d’un fonds de pension, surtout pour les jeunes qui n’aurant sans doute pas accès à cet avantage dans leur milieu de travail.  Cet pensée à long terme vient du fait qu’une fois l’hypothèque payée, les revenus de loyer pourront vous servir de revenus de retraite en autant que vous aurez bien entretenu votre immeuble au fil des ans.  Sinon, ces mêmes revenus serviront à réparer et rénover votre immeuble une fois l’hypothèque payée.
3. Le « plex » est qu’il est un bon point de départ pour se constituer un portefeuille immobilier. Une fois votre terme arrivé à échéance, vous pourrez refinancer votre hypothèque et aller chercher l’argent nécessaire à l’achat d’un autre immeuble à revenus locatifs. En utilisant cette technique, vous réutiliserez la mise de fonds tout d’abord investie dans le premier immeuble et vous pourrez la réinvestir, sans avoir à débourser de l’argent à nouveau.

Si on maintient seulement l’élément financier, cela semble un bon élément d’investissement.  Cependant, vous devez considérer le reste:
 - Un locataire qui ne paie pas
 - Un locataire qui brise le logement
 - Les appels pour une fenêtre qui ne ferme pas, une infiltration, un réservoir à eau chaude, une musique trop forte
 - Les règles de la Régie du Logement du Québec
 - etc.

Si les problèmes reliés à la gestion de l’être humain ne vous effraient pas trop, vous êtes un bon candidat pour ce type d’investissement. 

Pour ma part, je me suis toujours tenu loin des « plex » car je n’ai pas la patience de gérer les problèmes que peuvent causer certains locataires…  Je m’attendrais à ce que les gens me paient leur loyer rubis sur l’ongle ce qui, selon plusieurs propriétaires que je connais, est un défaut dans ce milieu…

Jean-François, en tant que courtier, suggère de vous informer si vous pouvez vous permettre l’achat d’un immeuble en particulier en vous basant sur le ratio de couverture de la dette, car les prêteurs se basent en partie sur ce critère pour vous accorder un prêt hypothécaire. Pour calculer ce ratio, soustrayez de vos revenus potentiels les pertes potentielles de loyers vacants (qui s’élèvent généralement de 3 à 5 % de vos revenus) et vos frais d’exploitation (taxes, chauffage, entretien, autres). Prenez ce montant et divisez-le par le montant de votre paiement hypothécaire. Vous devriez obtenir un ratio de l’ordre de 1.20 ou 1.10 pour que la demande de prêt soit acceptée par un prêteur.

Pensez également à évaluer le prix auquel les loyers sont loués. Il est recommandé de consulter un professionnel afin de vous conseiller sur l’achat d’un immeuble. Il vous aidera à trouver un immeuble à revenus à la juste valeur marchande.

Soyez prudents!…  Vérifier l’évolution des prix de l’immobilier avant de bouger;  si la courbe semble monter trop rapidement, il risque d’y avoir une correction des prix dans le marché et ainsi faire diminuer, ou du moins stagner, la valeur des immeubles.  Cependant, un immeuble bien entretenu aura toujours de meilleures chance de maintenir une bonne valeur marchande.

Et si rien de cela vous intéresse, la maison unifamiliale demeure un excellent choix !  ;)

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-nous sur...

Facebook
Twitter

Vous naviguez actuellement dans les archives de la catégorie Acquisition immobilière.

Catégories

Blogoliste

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930