Accueil
construire
... votre monde!
 

Archive pour janvier, 2010

29 janvier, 2010
Par Marie-France Roger

Modèle très populaire de la collection de plans de maison et chalet Dessins Drummond et conçu à partir du très populaire plan Dessins Drummond W2133, le plan Dessins Drummond de la semains, no. W3133, en conserve les principaux attraits extérieurs dont cette belle entrée à angle qu’épouse parfaitement une galerie fort invitante, sans oublier un bon équilibre des pignons en plus de cet ajout en saillie que l’on retrouve sur le côté droit de la maison.

Plan Dessins Drummond de la semaine no. W3133

C’est d’ailleurs ce nouveau volume en saillie sur la droite qui permet un réaménagement significatif de l’intérieur visant à proposer trois chambres à coucher sur un même plancher (pour consulter les autres modèles Plain-pied à 3 chambres cliquez ici). Entrons donc sans plus tarder afin de satisfaire notre curiosité….  Texte original et la suite ici

22 janvier, 2010
Par Denis Chamberland

Après le Danemark, qui a lancé le bal en 1996 en créant une cote énergétique dont le contenu doit être divulgué aux acheteurs lors de la vente de toute maison, c’est le continent tout entier qui emboîte cette année le pas. En effet, qu’ils vivent en France, en Angleterre, en Allemagne ou ailleurs en Europe, depuis le début de l’année tous sont contraints à cette nouvelle mesure.

Pour mieux comprendre, prenons comme exemple l’Angleterre qui a adopté une approche en ce sens. Ainsi, au point de vue résidentiel, avant de vendre sa maison, le propriétaire doit obligatoirement obtenir un audit énergétique dont le rapport fournit non seulement une cote (A à G), mais également une description qualitative de la performance des principales composantes (un système de chauffage « mauvais », une enveloppe thermique « excellente »), ainsi qu’une série de recommandations classées selon leur capacité à générer un retour plus ou moins rapide sur l’investissement. Le rapport complet doit être soumis à toute personne (ou agent) intéressée à l’achat, alors que la cote comme telle doit en plus apparaître sur tout matériel promotionnel, y compris les fiches de type MLS. La cote indique à la fois la performance actuelle de la maison et sa performance potentielle, advenant l’adoption de mesures d’ efficacité énergétique rentables.

Si les Européens, les Australiens et, bientôt, les États-Uniens, sans compter certaines régions de Chine et d’Amérique latine, ont décidé de procéder de la sorte, c’est fondamentalement pour corriger une défaillance de marché. Car le problème de l’énergie est avant tout un problème des marchés qui ne valorisent que peu ou pas les coûts énergétiques associés à une maison. Nul besoin de consulter les nombreuses études pour arriver au même constat; rénover sa cuisine ou sa salle de bain peut ajouter considérablement à la valeur de revente, alors qu’améliorer le niveau de l’isolation, installer un appareil de chauffage efficace ou réduire les fuites d’air laissent souvent les acheteurs indifférents ou presque. Et lorsque le marché ne valorise pas l’efficacité énergétique, les propriétaires n’y investissent pas, question d’orienter leur capital vers des investissements plus rentables.

Face à cette défaillance du marché, la cotation obligatoire peut, de concert avec d’autres outils incitatifs, jouer un rôle des plus positifs. À cet effet, soulignons l’expérience de la capitale nationale australienne où les maisons reçoivent une cote, allant jusqu’à six étoiles, qui doit être divulguée dans les fiches de type MLS et autres publicités entourant la vente. Une étude exhaustive a récemment conclu que le marché accorde maintenant une prime à l’efficacité énergétique, à hauteur de près de 10 000 $ par étoile. Et si les acheteurs sont prêts à payer pour une meilleure cote énergétique, la logique nous dit que les propriétaires commenceront à y investir davantage.

La cotation énergétique des maisons n’est pas une panacée car elle ne peut à elle seule corriger les défaillances du marché en regard de l’efficacité énergétique. Mais elle peut contribuer de façon importante et compléter les autres efforts visant à transformer les marchés vers une plus grande efficacité énergétique.

Au Québec, la cotation est déjà inscrite dans le plan triennal de l’Agence de l’efficacité énergétique (AEE) qui en examinera sous peu les options. Le développement d’un système de cotation obligatoire soulève un grand nombre d’enjeux, tantôt politiques, tantôt légaux, tantôt de psychologie cognitive et de comportements du marché. Le chemin pour s’y rendre ne sera pas simple. Mais le jeu des consommateurs mieux informés, des propriétaires mieux outillés, et un marché qui valorise la performance énergétique vaudra la chandelle.

( source : Le magazine FORMES vol.5 no.5, auteur Philippe Dunsky  )

15 janvier, 2010
Par Denis Chamberland

Une diode électroluminescente ( DEL ou LED en anglais pour Light Emitting Diode ) est un composant électronique capable d’émettre de la lumière lorsqu’il est parcouru par un courant électrique. D’abord voyants lumineux sur les appareils électroniques, les DEL sont aujourd’hui couramment utilisées pour l’éclairage public et les enseignes de sortie des immeubles, par exemple. Ce type d’éclairage consomme jusqu’à 10 fois moins d’énergie que les lampes incandescentes, il n’émet pas de chaleur et dure au moins 50 fois plus longtemps, soit 50 000 heures et plus.

Les DEL sont même plus efficaces et durables que les fluo-compactes ( FC ), qui contiennent du mercure toxique et émettent des longueurs d’ondes nocives. Toutefois, selon le médecin et chercheur allemand Alexander Wunsch, président de l’Association internationale de la lumière, l’exposition à long terme tant à l’éclairage DEL qu’aux FC peut être à l’origine de maladies cardiovasculaires ou de cancers, à cause de leur spectre de couleurs moins complet que celui des incandescentes. Il est donc prudent d’utiliser ces lampes très économes en énergie uniquement dans les endroits très passants plutôt que dans les pièces où l’on reste plusieurs heures par jour.

Les grands fabricants d’éclairage se sont évidemment lancés dans ce marché très prometteur. Osram Sylvania fabrique par exemple des lumières plates incluant trois DEL, les Dot-in, qui se collent au mur et dont le prix démarre à 10$. Home Depot vend des DEL de 2 watts de marque Philips à 10$ qui ressemblent à des incandescentes et qui se vissent dans des luminaires classiques. Le problème, c’est qu’à ces prix, la luminosité produite peut être trop faible pour satisfaire les besoins des usagers. Une DEL de 2 watts émet une lumière semblable à celle d’une incandescente de 20 watts. Pour un éclairage qui équivaut aux presque 35 W d’une incandescente, Home Depot propose les nouvelles lampes Philips LED GU de 4 watts qui coûtent environ 30$, soit le prix des fluo-compactes à leurs débuts.

Il faut aussi se méfier des produits bas de gamme, moins durables, prévient le créateur d’éclairage numérique Gaël Simon « Dans nos remplacements de système d’éclairage, nous optons désormais pour des ampoules DEL de haute qualité, qui tiennent leur promesse en ce qui concerne la qualité de l’éclairage et qui durent réellement au moins de 40 000 à 50 000 heures avant d’atteindre le seuil globalement accepté dans l’industrie comme fin de vie utile, soit 70% de leur brillance initiale. Leurs caractéristiques techniques ont été confirmées par des études indépendantes reconnues. »

Ces produits sont encore dispendieux, mais, tout comme pour les fluo-compactes, les prix devraient chuter rapidement avec la production de masse, puisque les ampoules incandescentes énergivores seront interdites au pays en 2012.

( source : Le magazine La Maison du 21è siècle, Hiver 2009 )

7 janvier, 2010
Par Denis Chamberland

C’est habituellement en novembre et en décembre, lorsque les journées raccourcissent et que le temps est plus sombre, que des milliers de québécois commencent à ressentir les symptômes de la dépression saisonnière. Décrit pour la première fois en 1984 par le chercheur américain Norman E. Rosenthal, ce trouble affectif saisonnier ( TAS ) serait causé par une hypersensibilité aux variations saisonnières d’intensité lumineuse, ce qui entraînerait une perturbation des neurotransmetteurs dans le cerveau. Selon le Dr Rosenthal, le TAS affecte, à divers degrés, plus du quart de la population vivant au nord du 40è parallèle.

Qu’elle apparaisse à l’automne, en hiver ou même, chez certaines personnes, au printemps, cette dépression n’a rien à voir avec les petits « blues de l’hiver ». Ses effets psychologiques peuvent varier de l’irritabilité jusqu’à l’anxiété accompagnée d’idées suicidaires, d’une diminution marquée de l’intérêt et de la motivation. Les symptômes physiques les plus fréquents sont une hyper-somnolence, une baisse d’énergie et de libido, une forte envie de glucides et une prise de poids. Plus de 80% des personnes touchées sont des femmes. Heureusement, les symptômes du TAS disparaissent au printemps, sinon à l’été, ou spontanément durant un voyage au soleil.

Attention par contre à la surexposition au soleil qui demeure la principale cause de mélanome malin. Toutefois, des études récentes ont confirmé ce que l’humain sait instinctivement depuis toujours : l’exposition régulière et modérée au soleil constitue un des nutriments les plus efficaces pour prévenir et guérir une foule de maladies, du diabète à l’ostéoporose. Par exemple, le soleil est sans contredit la meilleure source de vitamine D. Le CIRC confirmait d’ailleurs, en novembre 2008, que les gens qui ont une carence en vitamine D ont un taux de mortalité global plus élevé que la norme. De plus, cette vitamine semble jouer un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires et du cancer colorectal, notamment.

Une autre approche ou traitement de choix est la luminothérapie, aussi appelé photothérapie, qui consiste à s’exposer jusqu’à 30 minutes chaque matin à une lumière d’une intensité de 10 000 lux. C’est la luminosité maximale atteinte à l’extérieur par une journée d’hiver ensoleillée. D’ailleurs, des essais cliniques ont démontré qu’une marche de 30 minutes le matin, ou tout autre exercice pratiqué au soleil, est aussi efficace, sinon davantage que la luminothérapie. Par contre, des études sérieuses ont démontré que la luminothérapie atténue de 50% à 80% les symptômes de dépression saisonnière chez deux patients sur trois, sans effets secondaires importants. Ceux pour qui la luminothérapie ne fonctionne pas finissent souvent par passer les hivers dans le Sud. La luminothérapie est aussi utilisée pour traiter plusieurs autres problèmes de santé, du syndrome prémenstruel à la dépression postpartum, en passant par le décalage horaire.

( source : Le magazine La Maison du 21è siècle, Hiver 2009 )

4 janvier, 2010
Par Yves Carignan

Voici un texte reçu dans le lien Parlez au Président de la part d’une cliente:

« Monsieur Carrignan,
 
 Je tiens à vous informer que j’ai fait faire des plans par monsieur Salvatore Moffa à Montréal.Nous sommes extrêment satisfaits de ses services.

Ponctualité, respect des délais, présentation professionnelle en plus de son grand talent naturel pour suggérer des options de plan possible et arriver rapidement à une solution finale.

Une cliente qui ne manquera pas de recommander vos services!

Nancy Simard »

D’avoir la chance de servir une clientèle est un privilège.  De voir des clients nous choisir parce qu’ils ont confiance et aiment ce que nous faisont est vraiment une chance que nous avons;  de les voir prendre le temps de nous écrire et de vanter nos services et la qualité de notre personnel est une chose inespérée mais combien appréciée !

Je tiens à souligner que Salvatore Moffa, qui a occupé le poste de superviseur de la production du service de modifications chez Dessins Drummond avant de devenir une directeur d’agence, est un technicien expérimenté qui a à coeur la satisfaction de sa clientèle.  À l’époque, Salvatore et son équipe gérait plus de 1000 dossiers clients américains annuellement et jamais nous n’avons reçu de plaintes.

Je suis très heureux de constater que notre clientèle montréalaise peut, elle aussi, compter sur un directeur de haut niveau.

Félicitations Sal et merci à vous, madame Simard,

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-nous sur...

Facebook
Twitter

Vous naviguez actuellement les archives du mois: janvier, 2010.

Catégories

Blogoliste

janvier 2010
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031