Maisons contemporaines à Gatineau

Voici une question reçu dans « Parlez au Président« :

 
« Bonjour Yves,

Comme toi, j’adore écrire un blogue, ce qui nous permet d’être plus compétent dans notre travail et de nous distinguer des compétiteurs.

Ceci dit, lors des 2 dernières années, j’ai fureté sur le web à la recherche d’un plan de maison qui me ressemblerait. J’avais beaucoup de difficulté à le dénicher. Puis vint le modèle parfait (à mes yeux): Plan W3457 de Dessins Drummond. C’était cher, mais j’étais « tombé en amour ». Avant toute démarche avec le constructeur, j’ai proposé mon choix à la Ville de Gatineau, dans un secteur où il n’ y a aucun modèle de maison pareil à l’autre et où il y a des toits plats. Refus catégorique et sans raisons valables. J’aime ma nouvelle maison, mais je repense souvent à celle que j’aurais pu avoir.

Ma question: Est-il est fréquent que les plans contemporains soient refusés par des municipalités en manque d’ouverture et de vision? »

Louis Sabourin
info@louissabourin.com
http://blogue-immobilier.com/

 

Bonjour Louis,

Merci de ta question qui est très pertinente.  Pour y répondre directement, je te dirais que c’est la première fois que j’entends qu’un modèle contemporain est refusé.  Le refus d’un modèle quelconque est souvent dû à une réglementation sur l’intégration architecturale;  le modèle choisi ne cadrerait pas avec le reste des maisons du quartier.

Cependant, une municipalité doit donner des raisons valables et des explications claires face à son refus;  c’est votre droit de savoir et, de plus, certaines municipalités offre la possibilité de proposer votre projet au conseil d’urbanisme.

Je ne connais pas la philosophie de la Ville de Gatineau face à la règlementation et à l’urbanisme mais, à ta place, je gratterais cette question et demanderais des réponses claires.

Tiens-moi au courant !

Merci de ta question et au plaisir !

Contenu original publié sur www.yvescarignan.com

Redigé par Yves Carignan Voir tous les articles de cet auteur →

Homme d'affaires, blogueur et conférencier, Yves Carignan préside et dirige Dessins Drummond depuis 2002 avec sa conjointe et associée Marie-France Roger. L'entreprise fut fondée en 1973 et continue son développement constant par l’intermédiaire de ses 22 agences régionales.

There are 7 comments for this article
  1. M.Levesque à 22 h 10 min

    Je demeure a Gatineau aussi et j’avais noté ce plan pour une future construction. Je suis décu du comportement de la ville.
    Tenez-moi au courant, je vais tenter de faire mes recherches aussi.

  2. ycarignan à 11 h 30 min

    MÀJ:
    Bonjour Louis,
    Suite à une rencontre avec les 20 agences régionales de Dessins Drummond la semaine dernière, j’ai posé la question concernant la réticence des villes à accepter ce type de modèle de maison et un consensus en est sorti:

    La majorité des villes qui ont un service d’urbanisme n’autorisent pas de permis de construction pour les maisons contemporaines, surtout celles à toit plat…

    Vous n’êtes donc pas seuls au monde!

  3. Julie à 14 h 22 min

    Bonjour,
    St-Luc (St-Jean-sur-Richelieu) aussi refuse dorénavant les maisons à toits plats (alias plus contemporaines)…. pourtant, quelques-unes ont été construites
    entre 2002 et 2004, fort probablement par des architectes qui ont réussis à dénicher une bonne dérogation.
    Les règlementations changent fréquemment, malheureusement pour nous, qui souhaitons des maisons différentes, voire même uniques.
    Non, vous n’êtes pas seuls…
    Les quartiers résidentiels sont devenus trop homogènes et c’est lassant à voir.

  4. Yves Carignan à 20 h 33 min

    Bonjour Julie,

    Merci du commentaire et de l’éclaircissement. Il est donc possible d’obtenir une dérogation mais cela dépend des villes; armez-vous de patience !

    Je suis persuadé que nous arriverons avec des modifications majeures d’ici 5 ans.

  5. Michel Desjardins à 9 h 57 min

    Je suis désolé par la réponse (ou plutôt par le manque de réponse de la municipalité). Comme vous je suis un passionné d’architecture contemporaine et surtout des maisons avec toits plats.

    Je travaille d’ailleurs à la mise sur pied d’un site web qui serait dédié à ce sujet. Ayant parlé à plusieurs architectes de ce problème, ils pensent que les municipalités n’ont absolument pas raison de refuser ce genre de demande. La seule raison valable semblait être reliée à l’écoulement des eaux de pluie qui n’était pas traitée de la même façon pour les toits plats. Si vous voulez en savoir plus, je vous suggère de contacter Structure Bone. 70% des maisons qu’ils construisent ont des toits plats et je pense qu’ils sont passé maître dans l’art de convaincre les municipalités.

    Ne lâchez pas, le moderne contemporain avec toit plat, ça s’en vient!

  6. Yves Carignan à 12 h 48 min

    Merci de votre commentaire M. Desjardins!

    Je connais bien les gens de BONE et effectivement, la majorité de leurs modèles sont à toits plats mais, suite à certaines discussions avec eux il y a un an (les choses ont peut-être évolué!), ils vivaient de grandes frustrations face à ces règles des toits plats.

    Avec l’avènement de ces modèles de plus en plus en demande, les villes n’auront d’autres choix que de revoir leurs règles.

    merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *